Circuit des eaux usées

dernière mise à jour le 15.02.2017

Ajouter aux favoris

Le circuit des eaux usées

L’assainissement des eaux usées est une étape décisive pour préserver la santé publique et la ressource en eau. Sans la dépollution des eaux usées, les rivières se transformeraient en égout rendant impossible à l’autre bout de la chaîne la production d’eau potable. C’est le traitement des eaux usées qui permet de maintenir la qualité de notre environnement et de nombreuses activités liées à l’eau (tourisme, pisciculture, agriculture, industrie…).

Sur son territoire, Châlons Agglo dispose de 10 stations d'épuration à Châlons-en-Champagne, Mourmelon le Grand, Aigny, Mourmelon le Petit, L'Epine, Matougues, Jalons, Bouy, Moncetz-Longevas et Saint-Etienne au Temple.

Le graphique ci dessous illustre le cheminement des eaux usées avant leur retour au milieu naturel pour la station d'épuration de Châlons-en-Champagne.

Circuit des eaux usées

1. LES CANALISATIONS

Les eaux usées sont évacuées par l'intermédiaire d'un système de canalisations en ciment, béton, fonte ou pvc (dites aussi collecteurs) : c'est ce qu'on appelle le réseau d'assainissement. Il permet un acheminement des eaux polluées vers une usine de traitement.

2. LE RÉSEAU

Châlons Agglo utilise un réseau séparatif, qui prévoit des canalisations distinctes pour les eaux domestiques et les eaux pluviales. Ce réseau s'étend sur 578 km dont 345 km pour le réseau d'eaux domestiques et 233 km pour le réseau d'eaux pluviales.

3. LE RELEVAGE

Les eaux usées s'écoule gravitairement. Mais pour rejoindre la station d'épuration, il est nécessaire de relever les eaux à l'aide de pompe. Le système d'assainissement de Châlons Agglo comptabilise 87 stations de relèvement équipées au total de 178 pompes. Ce nombre est important car notre territoire est considéré comme plat.

Au final, 4 pompes situées à la station d'épuration de Châlons en Champagne, relèvent l'ensemble des eaux collectées.

4. LE DÉGRILLAGE

L’eau subit deux étapes de dégrillage : elle passe d’abord dans le dégrilleur grossier qui retient les plus gros déchets ; puis elle traverse le dégrilleur fin qui arrête les particules les plus fines qu’elle contient. Les résidus de dégrillage sont envoyés par la suite dans des Centres d’Enfouissement Techniques (C.E.T.)

5. LE DESSABLAGE ET DÉSHUILAGE

Dans un premier temps, les sables et les graviers se déposent au fond d'un bassin pour être évacués, lors d'une phase appelée dessablage. Ensuite le déshuilage consiste à injecter de l'air afin de faire remonter les graisses à la surface pour les évacuer séparément.

6. LE TRAITEMENT BIOLOGIQUE EN BASSIN D'AÉRATION

Il consiste à faire dégrader par des micro-organismes naturellement présents dans l'eau (bactéries aérobies), les matières organiques qui y sont dissoutes. Cette dégradation se fait dans un bassin d'aération où de l'air est insufflé pour activer le travail des bactéries. Celles-ci vont consommer les matières polluantes et former, en s'agglomérant, des boues dites biologiques.

7. LA CLARIFICATION

L'eau est séparée de la boue par décantation dans des bassins appelés "clarificateurs". Cette phase est parfois complétée par une étape d'affinage pour obtenir par lagunage (opération d'épuration des eaux résiduaires ou de détritus consistant à les laisser séjourner dans de grands bassins) ou filtration sur sable, une épuration plus poussée.

8. LE TRAITEMENT DES BOUES

Les boues (primaires et biologiques) récupérées sont épaissies et déshydratées pour réduire leur volume et faciliter leur transport.

Elles sont ensuite revalorisées en agriculture en tant que fertilisants, et peuvent être incinérées ou stockées en centre d'enfouissement technique (décharge). Le volume total de boues produites annuellement est de 1000 tonnes de matières sèches.

9. TRAITEMENT DES SABLES

Les sables issus de l'épuration des eaux, du curage des réseaux et des balayages des voiries sont lavés et réutilisés sur des chantiers.

10. RENDRE L'EAU AU MILIEU NATUREL

Une fois épurée, l'eau est rejetée dans le milieu naturel qui peut alors prendre la relève en effectuant les dernières opérations de dépollution grâce au soleil et aux bactéries ambiantes, sans compromettre l’équilibre de l’environnement.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?